Métiers

Trouver un travail en 2020 : conseils pratiques et formations à privilégier

Tous les jeunes diplômés sont à la recherche d’un emploi maintenant rare. Justement, le secteur de l’emploi est aujourd’hui trop saturé. S’ils n’ont pas une qualification élevée ou basse, c’est l’emploi qui ne leur est pas destiné. C’est un problème d’adéquation entre formation et emploi. Les universités, les instituts et les centres de formation sont débordés. Le problème devient plus accru ces derniers temps. Il revient alors aux jeunes de s’informer. Pour les aider à avoir la bonne orientation, il suffit qu’ils aient des conseils judicieux sur les secteurs porteurs.

Devenir graphiste

Dans le rang des formations à suivre pour trouver un emploi en 2020, le secteur qui a le vent en poupe est le secteur du graphisme.

Elles sont nombreuses, aujourd’hui, ces structures qui ne désirent qu’une chose : créer un service de graphisme. Elles se tournent vers le numérique, le marketing digital pour renforcer leur image dans leur secteur. Cela justifie alors la ruée vers les formations graphiques.

Il ne faut tout de même pas faire une formation parce que tout le monde y va. Il faut d’abord viser ce que l’on peut offrir à la structure. C’est la raison qui doit motiver le chercheur d’emploi. Dans le graphisme, les bonnes formations sont offertes dans les écoles agrées. Cela pourra vous permettre d’aboutir au poste de community manager. Pour cela, commencez par soigner votre profil LinkedIn. Vous pourrez consulter cette page pour savoir comment faire.

Pratiquer du management

Le community manager est un gestionnaire de profil, de site, de page ou d’image pour une entreprise. Avant de se faire engager pour le faire pour une entreprise avec son lot de visiteurs, il faut l’avoir réussi pour soi. Le community manager est donc sociable et a un grand réseau de followers. Il connait les astuces pouvant attirer du monde. Il travaille avec un graphiste, s’il n’est pas à la fois graphiste et community manager.

C’est un secteur d’avenir avec des débouchés dans le futur très intéressant. En plus, on peut travailler sans pression depuis son domicile. Cela aide à réorganiser son temps pour d’autres activités.

Choisir la maintenance informatique

Dans les pays sous-développés, l’informatique n’est toujours pas bien assimilée. Donc, une formation dans le secteur permettrait d’abord de se lancer à son propre compte, puis de gagner des marchés à gros bénéfices pour sa notoriété et de se faire de l’expérience. Les maintenanciers sont nombreux, mais ils ont toujours un revenu conséquent.

En plus, avec les récentes avancées technologiques, la maintenance ne sera jamais démodée. De plus en plus d’entreprises se ruent vers les outils électroniques et travaillent en collaboration avec des agences informatiques. Il suffit de s’installer dans le domaine, et le tour est joué.

Être un développeur et concepteur informatique

Les start-ups poussent au bout des rues. Suivre les émissions de promotion de l’emploi permet de confirmer ce constat. C’est ainsi que la technologie progresse. Le mieux est de se spécialiser dans la création des applications et logiciels pouvant aider ces nouvelles structures à vivre. Si elles ont déjà des applications, il conviendrait de les aider à développer des paramètres plus intéressants.

Être un développeur, c’est avant tout innover et trouver des solutions rapides à des problèmes nouveaux. Cela sous-entend que peu importe la formation reçue, il faut constamment se cultiver. L’avantage de cette tactique est que l’on finit par maitriser toutes les astuces de son secteur. Ainsi, suivant le client, on s’adapte facilement. Aussi, crée-t-on un réseau de clients très étendu.

Vivre en tant qu’assistant commercial

Le commerce est le premier champ de déploiement des compétences de la race humaine. Il demeure tel quel, peu importe les mutations sociales, historiques. En raison de cet enracinement du secteur dans le quotidien des populations, il est inconcevable qu’il disparaisse. C’est pour cela que les entreprises de commercialisation naissent ainsi. Puisque créer son entreprise n’est pas le fait d’un jour de labeur, il vaut mieux apprendre.

Pour mieux apprendre, il vaut mieux assister les autres. Les écoles et instituts offrent différentes formations. Vous pouvez finir avec une licence en gestion de marché et continuer pour un master en assistance commerciale. Ce cursus se révèle souvent concluant. Mais, après la formation, les stages sont plus importants. Il faut suivre pour connaitre. Il faut expérimenter pour mieux appréhender.

Faire de l’enseignement

L’un des plus vieux métiers au monde demeure l’enseignement. Malgré les coups durs reçus par les praticiens, les réformes en cours et les autres alternatives proposées par la technologie, le métier a la vie dure. On continue de recruter. Pour y entrer par la grande porte, il faut d’abord passer par les écoles normales. L’enseignement supérieur dans les pays en voie de développement est soumis à d’autres règles.  

Avec les départs en retraite prévus, plusieurs places vont se libérer. Les plus compétents et chanceux pourront les occuper durant les décennies à venir. C’est donc une aubaine que devraient saisir les jeunes à la recherche d’un métier noble.

Devenir chef cuisinier

Les restaurants poussent un peu partout. Les hommes n’ont pas cessé de se nourrir. Cela est de nature à aider le secteur à progresser. Le défi à relever est la remise à niveau des compétences. Les promoteurs de restaurant recherchent donc de jeunes talentueux cuisiniers, surtout que les critères de qualités sont revus à la hausse.

Pour se faire former, les centres de formation pullulent. Le meilleur moyen de choisir le bon est de prospecter. Après, réaliser le tri serait une bonne étape. Cela facilitera les choix de l’institut de formation. Il faut choisir les bons maîtres. Les assister ne vous ferait que du bien. Les plus réputés, pour rappel, sont en Italie.

Se faire recruter dans l’hôtellerie

En dehors du rôle de cuisinier, il y a d’autres options qui profitent aux jeunes diplômés. Le tourisme pousse des ailes, et cela se sent un peu partout. Il est vrai qu’avec les épidémies le secteur prend des coups. Pourtant, on voit encore des touristes parcourir les villes au grand nom. C’est un témoignage jouant en faveur du domaine. Les plus prévoyants devraient y trouver l’opportunité de faire carrière.

Il est question de se trouver un hôtel de bonne carrure avec une clientèle huppée. Les pourboires parfois font qu’à la fin du mois l’on finit avec un supplément d’une grande valeur. Si c’est dans une campagne, une auberge ferait l’affaire.

Miser sur l’agriculture

Avec la tendance de protection de la nature et le nombre grandissant d’activistes sur les réseaux sociaux, le mieux à faire est de reconnaitre le caractère indispensable de l’agriculture saine pour le bien de l’humanité. Les grandes fermes sont en perte de vitesse. Les centres commerciaux sont en rupture de stock de produits naturels, sans engrais chimiques.

Une reconversion rapide dans le secteur rapporterait gros. Comme on le dit en Afrique, la terre ne ment jamais. Pour bien l’exploiter, il suffit de suivre une bonne formation dans les lycées. En démarrant à son propre compte sur un capital maigre, on pourrait aboutir à la fin de la formation à un résultat étonnant. En dehors de la technologie, c’est le secteur le plus prometteur, avec un taux d’indépendance vis-à-vis des sectaires un peu plus élevé.

Si vous ne voulez plus être salarié dans un service et subir la pression d’un supérieur hiérarchique, c’est ce qu’il vous faut.

Se convertir en animateur

La culture est un secteur porteur. La Chine en a fait son fer-de-lance durant les précédentes décennies, et le résultat est présent. Il suffit de voir leur position dans le classement mondial. Culturellement, chaque peuple a quelque chose à offrir aux autres. Partant de cette base, les gouvernants créent et créeront des centres de vulgarisation culturels. Ces institutions ont pour but de porter loin l’étendard de leur peuple. C’est ce qui a conduit à la naissance d’un corps de métier constitué par les animateurs culturels. Ils ne sont pas nombreux. Pourtant, les musées, les monuments, les centres culturels et autres sont en pleine construction ou en expansion.

Un animateur culturel professionnel est bien payé. Il n’a pas besoin de longues études puisque c’est un secteur naissant. Donc, avec le niveau BAC+2, vous pourriez avoir quelque chose en attendant de continuer la formation pour aboutir à une installation complète dans le domaine. Gravir les échelons devrait être plus rapide.

Peser son CV

Peu importe le domaine que l’on choisit, le mieux est de veiller à avoir un bon curriculum vitae. C’est votre présentation professionnelle. Si le CV n’est pas vraiment fourni, alors ne demandez pas au recruteur de penser à vous. C’est bien ce qui pousse certains jeunes à rejeter certaines offres. Ils ne pourront pas les inscrire dans leur CV ; cela ne leur est donc d’aucune utilité.

  • Faire des stages : puisque les structures intéressantes ne recrutent plus, ils n’ont simplement qu’à leur proposer de faire des stages. Ainsi, ils auront un bon emploi après avoir prouvé leur utilité à l’entreprise. Si cette entreprise ne les engage pas, ils auront au moins réussi à remplir leur CV avec des expériences de poids. Cela peut s’avérer utile pour le futur. Plus le CV est bien fourni, plus l’emploi est à portée de main.
  • Adapter son CV : il faut parfois s’adapter à son emploi. Lorsque vous partez voir un recruteur avec votre curriculum vitae, ce dernier pourrait ne rien avoir de convenable pour votre profil s’il est trop rempli. Vous serez donc surqualifié pour le poste. Adaptez votre CV à chaque demande d’emploi.
  • Surveiller son profil : pour ne pas vous faire surprendre par les employeurs trop tatillons, veillez à ce que votre profil sur les réseaux sociaux soit le plus reluisant possible. Vous aurez ainsi évité que votre vie d’adolescent public ne revienne vous éclabousser. Avec votre CV, ils peuvent fouiller votre journal sur Facebook par exemple. 

Trouver un emploi en 2020, c’est aussi faire avec les outils du moment. Commencez par soigner votre apparence partout où vous êtes. L’objectif est de ressembler à un professionnel. Soyez patient, consciencieux et professionnel. 

Montre plus

Nathalie

Professeur d'une classe de CM2 mais également directrice de la même école, je tiens ce blog avec grand plaisir !

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close
Close