Apprentissage

Entraînez efficacement vos enfants jusqu’à 13 ans : Comment procéder ?

À quel rythme de travail doivent évoluer les enfants ? C’est assurément l’une des interrogations les plus présentes dans le domaine de l’éducation en général. De fait, il faut savoir que la période de l’enfance constitue une phase au cours de laquelle tout humain dispose de connaissances peu riches certes, mais avec en parallèle une capacité d’apprentissage des plus élevée. Compte tenu de ce paradoxe, il existe alors un clivage certain sur la question des méthodes adaptées à l’efficacité des enfants. Le rythme exigé par la structuration actuelle de l’enseignement est-il le bon ? Quels sont les paramètres à prendre en compte ? Voici une analyse pour comprendre comment faire étudier efficacement les enfants !

Le choix de la fréquence et de la durée : un élément primordial

Dans tous les domaines et à tous les âges, la fréquence à laquelle l’on travaille est un paramètre déterminant de l’efficacité. Cela est autant le cas pour des étudiants apprenant à créer un site de vente ou site e-commerce que pour des enfants explorant les bases de la grammaire, d’autant plus que ces derniers n’ont pas encore suffisamment éprouvé leur capacité de concentration. Pour que cette dernière soit optimale chez les plus jeunes, il faudra éviter de les faire travailler plus de deux heures d’affilée.

Au-delà de la fatigue intellectuelle que cela pourrait engendrer pour eux, il y a également le risque qu’ils perdent le fil de leurs réflexions, ce qui ne leur permettrait pas d’obtenir les meilleurs résultats possible. Pour ce qui est de la fréquence, il faut savoir trouver le rythme adapté à chaque enfant. Mais généralement, pour les exercices de maison, il ne faudra pas les y contraindre plus de 40 à 75 minutes chaque soir. Si vous êtes enseignant, deux exercices à rendre par semaine devraient suffire.

La variété dans les exercices

L’être humain est de nature à vite s’ennuyer ; c’est la nouveauté qui oblige à mettre son esprit en ébullition afin de s’adapter et de ressortir les meilleures possibilités. Si vous tenez à maintenir élevé l’intérêt que suscitent les études chez un enfant, il faudra vous assurer de le soumettre à des exercices dans des matières variées.

Très curieux à cet âge, il sentira vraiment qu’il découvre de nouvelles choses à chaque fois. Dans le même sillage, si c’est plutôt sur une seule matière que vous l’amenez à s’exercer pendant une certaine période, assurez-vous que les exercices soient de différentes natures. Vous pouvez bien sûr, après avoir fait le tour de plusieurs formes d’épreuves, revenir sur certaines, mais il faudra quoi qu’il en soit éviter de répéter des exercices de même style plusieurs fois de suite.

L’aider à apprendre tout en s’amusant

Même si étudier demeure un passage obligé, apprendre ne doit jamais rimer avec corvée. Pour que votre enfant puisse étudier efficacement, vous pouvez rendre plaisante l’étude en l’agrémentant simplement d’un certain brin de folie. Pour lui faciliter la maitrise de sa table de multiplication, il suffira par exemple de la lui faire réciter sur l’air de l’une de ses chansons favorites ou sur un rythme à la fois amusant et entrainant. Vous pouvez aussi :

  • Lui demander de concevoir une question-réponse avec les éléments des cours qu’il a reçus. Cela fait, vous vous transformerez ensuite en animateur de quiz radio ou télévisé pendant que l’enfant jouera le rôle de participant. Cette méthode lui sera d’une grande aide, surtout durant la préparation de ses examens, car il pourra assimiler plus facilement ses cours ;
  • Lui faire changer d’environnement. À ce niveau, vous pouvez lui permettre d’étudier par exemple dans le jardin afin qu’il profite de l’air frais si le temps le permet. Tout en prenant le soin d’éteindre la télévision, vous pouvez aussi le faire étudier au salon ;
  • Lui proposer de faire ses exercices ou d’apprendre ses leçons en compagnie de l’un de ses amis. Pour éviter les dérapages trop prolongés, vous devrez bien évidemment assurer une discrète surveillance ;
  • Parcourir des sites afin de trouver en ligne des jeux qui lui permettront de réviser plus aisément.

Associer plusieurs moyens d’apprentissage

Bien qu’il soit primordial pour l’enfant de relire ses notes après les cours, cette solution ne lui permet pas toujours de tout retenir. Pour ce faire, vous pouvez lui suggérer par exemple de procéder à la réécriture des notes en question, de réaliser des résumés succincts ou encore de se servir de crayons ou stylos de couleurs différentes pour faire ressortir ou regrouper les informations les plus importantes. Ainsi, pendant qu’il apprend ses cours, il y portera une attention particulière. Votre enfant a-t-il l’habitude de faire preuve d’une certaine créativité ? Si oui, proposez-lui alors de créer une chanson grâce à laquelle il pourra retenir ou apprendre plus aisément les différentes notions de ses cours.

Lui faire prendre des pauses à intervalles réguliers

S’il a l’habitude de perdre sa concentration au bout de 20 à 30 minutes, alors il est bien inutile de le forcer à continuer à apprendre ! Si vous connaissez votre enfant et que vous êtes conscient du fait qu’à partir d’un certain temps tout se met à tourbillonner dans sa tête, l’idéal est de lui octroyer à intervalles réguliers de petites pauses. Ainsi, après cinq à dix minutes de pause, vous pouvez le rappeler à l’ordre et lui demander de se remettre au travail. Vous remarquerez que cette solution est beaucoup plus profitable. Il est par ailleurs conseillé de ne pas commencer à réviser avec lui dès qu’il revient de l’école. Il faudra plutôt lui laisser le temps de prendre une collation et de se défouler pendant une demi-heure. Vous remarquerez qu’il sera alors plus enclin et surtout apte à faire ses devoirs et à réviser ses cours.

Favoriser des habitudes de vie saines

Pour assurer la réussite scolaire d’un enfant, il est indispensable de tenir compte de ses habitudes de vie. Pour cela, il est nécessaire qu’il puisse :

  • Bien dormir : ceci est très important, car c’est au cours du sommeil que sont traitées les informations que reçoit l’enfant. Cet état de choses s’explique par le fait que les neurones communiquent entre eux lorsqu’on dort, ce qui favorise la mémorisation ainsi que l’acquisition des connaissances ;
  • Bien manger : vous en conviendrez, il est impossible de retenir une leçon ou de se concentrer sur une tâche lorsqu’on a le ventre vide. Une alimentation saine favorisera en revanche la concentration et le calme. Avant d’entamer des séances d’apprentissage ou de révision avec votre enfant, il faudra donc prendre le soin de vous assurer qu’il a suffisamment mangé ;
  • Jouer et se défouler : la plupart du temps, le cerveau d’un enfant qui est très actif fonctionne à plein régime. Le fait de jouer régulièrement permet par ailleurs à l’enfant de se concentrer plus facilement lorsqu’il le faut. Il pourra alors être attentif, ce qui rend aisée la mémorisation des diverses notions qui lui sont apprises.

Créer un cadre de travail adéquat

Il est primordial que l’enfant soit placé dans un environnement de travail qui est propice à l’attention et au calme. On ne devra donc pas y retrouver des tablettes, un ordinateur, un poste de télévision allumé ou encore de la musique.

Installez plutôt votre enfant dans un lieu où il pourra bénéficier d’assez d’espace pour poser tous ses livres et cahiers. L’absence de sources de distraction lui permettra par ailleurs d’être très attentif. Pour un résultat optimal, il est aussi conseillé aux parents de rester à proximité du lieu où travaille l’enfant afin qu’il ne délaisse pas ses devoirs et se mette plutôt à jouer. Puisqu’il est conscient du fait que vous l’observez, et que vous pourrez le recadrer si le besoin se fait sentir, l’enfant fera de son mieux pour rester concentré et effectuer au mieux les exercices qui lui ont été confiés.

Ne pas lui mettre la pression

Il importe de le souligner, les devoirs de maison sont le plus souvent à l’origine de divers drames, surtout lorsque l’enfant se braque et refuse de travailler. Face à une telle situation, il est primordial de rester calme et de ne pas le gronder. Si une telle situation survient, l’idéal est de fermer les cahiers et de remettre à plus tard l’apprentissage des leçons. L’erreur à ne pas commettre serait par ailleurs de faire les devoirs de l’enfant à sa place. Si nécessaire, vous pouvez l’accompagner et intervenir lorsqu’il rencontre des difficultés durant la réalisation d’un exercice.

Encourager et rassurer l’apprenant

Pour la plupart des enfants, les examens constituent une véritable source de stress. Si c’est aussi le cas de votre enfant, alors prenez le temps de l’encourager et de le rassurer lorsqu’il doit passer des examens. Pour ce faire, vous pouvez par exemple lui poser des questions sur son ressenti ou son état d’esprit. Une fois qu’il se confie à vous, rassurez-le sur ses capacités ainsi que sur sa réussite. Avant chaque examen, n’oubliez par ailleurs pas de l’encourager.

S’il est vrai que ces recommandations sont standards, vous devez tout de même prendre le temps d’analyser le cas spécifique de chaque enfant. Au bout de combien de minutes commence-t-il à se plaindre de faim ou de fatigue ? Quelles sont les matières qu’il est le plus enclin à apprendre ? Les réponses à ces questions vous aideront assurément à améliorer les performances académiques de l’enfant.

Montre plus

Nathalie

Professeur d'une classe de CM2 mais également directrice de la même école, je tiens ce blog avec grand plaisir !

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close
Close