Métiers

Devenir consultant indépendant : quelles formations et étapes suivre ?

Dans le monde compétitif actuel de l’emploi, de nouvelles carrières se dessinent. Plusieurs personnes font le choix de métiers jusque-là peu connus ou inconnus. Parmi ces derniers se trouve le métier de consultant indépendant. Pour l’exercer, il faut suivre une formation rigoureuse ou franchir des étapes obligatoires. Chaque aspirant a pour impératif la possession de certaines compétences et le don de certains talents. Le respect de la législation est également de vigueur. Si vous avez pour projet de devenir consultant indépendant, cet article vous livre les différentes informations dont vous pourrez avoir besoin.

Un consultant indépendant : qu’est-ce que c’est ?

Un consultant indépendant est un spécialiste ou un expert d’un domaine donné qui offre ses services à une structure, une société ou une entreprise dans le but de l’éclairer ou l’appuyer techniquement dans ses différentes actions. Le consultant indépendant fonctionne seul. C’est dire qu’il évolue en loup solitaire. Tous les travaux sont réalisés par sa propre personne pour l’entreprise. Son salaire entre directement dans son compte selon les horaires qu’il a pu chiffrer.

Pour commencer, on l’invite par exemple pour apporter son éclaircissement sur un sujet et pour jouir de son expertise. Il lui revient d’abord de partir d’une analyse de la question. Il cherche les différentes causes, les nœuds, les problèmes réels, les vrais sujets. Ensuite, il réalise un diagnostic. À ce stade, il énonce clairement le problème et ses différents contours. Tout ce qui est lié au problème est répertorié. Enfin, il met sur pied une stratégie ou un ensemble de solutions. Il propose sa clé pour la porte de sortie de crise au bénéficiaire de ses services, quitte à lui de décider de l’employer ou pas.

Rôle d’un consultant indépendant

Le rôle primordial d’un consultant indépendant, c’est de mettre la lumière sur un fait banal ou non qui constitue un frein pour une société ou une entreprise.

Cela veut dire que le professionnel doit veiller à suivre une méthodologie efficace pour venir à bout des différentes situations compliquées auxquelles les entreprises voudraient qu’il fasse face. Son rôle primordial peut se scinder en plusieurs actions.

  • Faire de la lumière sur une situation: l’un des rôles du consultant indépendant est d’aller plus loin que tous les autres dans l’observation d’une situation dans son domaine. En faisant ainsi, il doit réaliser un bilan, une première consultation en établissant la source du problème après avoir détecté le réel souci. Cela va lui permettre de faire des prévisions.
  • Préparer les solutions: la préparation passe par l’établissement d’une fiche rigoureuse du processus pouvant permettre d’enrayer le problème. Cela va commencer par la réalisation d’une liste des ressources nécessaires au règlement du problème. Ensuite, va suivre la phase de mise en place des différentes conditions pour l’exploitation de la solution à proposer. Enfin, l’on fait des stimulations avant de proposer à l’entreprise un bon projet.
  • Proposer la solution définitive: avec toutes les étapes franchies lors de la préparation, la solution est fin prête à être livrée à l’entreprise. Le critère fondamental pour ce qui est de cette solution, c’est qu’elle doit être utile à l’entreprise, pour lui de régler le problème une bonne pour toutes. Au cas où le problème ne sera pas réglé ou sera réglé partiellement, on pourra considérer que le consultant a failli à sa mission.

Critères d’un bon consultant indépendant

Pour être un bon consultant, il faut posséder certaines qualités et avoir un certain nombre de talents parce que tout le travail repose sur la cohabitation avec d’autres humains.

  • L’écoute: le consultant doit pouvoir écouter les autres autour de lui. Il vient dans un monde où il n’est pas forcément apprécié positivement. Il y a dans l’entreprise plusieurs experts qui sont du même domaine que lui. Cela veut dire que son intervention va faire des frustrés. Le consultant doit prêter oreille attentive à tout ce qu’on lui dit. C’est une sorte de policier avec un flair différent, unique. Il pose les bonnes questions et recueille les bonnes données chez n’importe quelle ressource.
  • Le charisme: le charisme est un élément primordial pour réussir à s’imposer à tous. Les avis du consultant sont des avis d’expert. Il parle de son domaine. Cela veut dire qu’il est à même de faire sentir aux patrons de l’entreprise qu’il est convaincu de ce qu’il dit. Sa rigueur, sa cohérence et son esprit d’analyse poussent les autres à l’écouter. Il a fini d’écouter, il doit aussi être écouté. De la façon la plus simple et la plus diplomatique, il doit faire comprendre que sa solution peut leur faciliter la vie.
  • L’expertise : le domaine dans lequel l’expert se trouve est son domaine de prédilection. Il s’y sent à l’aise et peut en parler durant tout le temps qu’il voudra. Cela suppose qu’il maitrise de fond en comble son secteur. Un consultant ignare ne fera que perdre les sociétés au point de passer pour un mauvais conseiller. C’est pour cela qu’il vaut mieux se concentrer sur un domaine. La spécialisation est de mise. Cela permet d’être au parfum des dernières nouvelles dans un domaine, de câbler son attention sur un sujet donné.

Comment devenir consultant indépendant ?

Devenir consultant est un long parcours. Il faut commencer par suivre une formation dans un secteur donné. Comme énoncé plus tôt, la spécialisation s’avère obligatoire compte tenu de différentes thématiques existantes. À ce titre, le travail doit se faire d’abord sur le plan académique, sur le plan professionnel et sur le plan juridique.

Formations à suivre

La spécialisation commence déjà à partir du lycée. Après cette première phase, il faudra passer par l’université. Déjà avant de se désigner comme étudiant inscrit dans telle ou telle autre filière, il faut penser à la meilleure motivation qui soit : la passion. Dès que vous vous inscrivez, vous avez l’obligation d’atteindre la licence. Après la licence, vous aurez à faire le choix de la filière qui vous intéresse. La plupart du temps, les consultants sont de différents ordres selon le cursus suivi. Chacun est professionnel dans son domaine. C’est d’ailleurs ce qui s’explique par l‘obtention d’un master au moins avant d’exercer en tant que consultant. Certains secteurs sont plus prometteurs que d’autres.

  • Master en droit, en sciences politiques ou en économie : avec ce diplôme, le consultant va travailler avec plusieurs entreprises. La plupart du temps, les titulaires de ce diplôme connaissent beaucoup d’opportunités. Toutes les entreprises ayant des finances, des contrats et autres sont obligées d’avoir recours à eux.
  • Master marketing : les sociétés en baisse de vente font souvent recours à ces consultants. Ce sont des personnes qui fournissent le minimum à une entreprise pour mieux vendre. Parfois, c’est dans une situation complètement désespérée que la société fait signe au consultant. C’est alors à ce dernier de relever l’entreprise de ses cendres.
  • Master en management socio-économique: les titulaires de ce master sont les premières personnes à rendre des données négatives aux sociétés sur la gestion du social à l’interne. Ils proposent ensuite des solutions dont l’efficacité est établie. À partir de cet instant, ils partent en éclaireur pour sonder le terrain et ramener les bonnes nouvelles pour régler le problème.
  • Master en ingénierie: il est difficile de trouver des infrastructures bien entretenues ou bien construites, sans aucune faille. Lorsqu’une usine ou un magasin a des projets d’installation ou de réparation, elle s’intéresse à l’expertise d’un agent externe. Ce dernier une fois sollicité fait son travail. Il analyse chaque composante du projet pour une solution juste.

À part ces masters, il y en a d’autres de disponibles. Ces diplômes permettent au consultant indépendant d’être un peu crédible. Peu importe qu’il fasse un portage salarial ou pas, il demeure un salarié autonome.

Les différentes approches

Lorsqu’on est déjà titulaire du domaine, il faut commencer par créer son entreprise. Cela oblige à se définir des bases, à choisir son approche, son statut.

L’approche SASU

Lorsque vous pensez à mettre sur pied une structure, cela vous offre la possibilité de bénéficier d’un certain nombre de privilèges liés à la caisse de sécurité sociale. En créant une société, vous avez l’opportunité de choisir le fonctionnement de votre structure. Cela suppose que vous pouvez travailler seul comme vous pouvez ajouter d’autres au groupe. Vous bénéficiez de plusieurs avantages lorsque vous choisissez par exemple l’option SASU.

  • Malléabilité: vous êtes le seul capitaine dans votre bateau. Cela vous permet de décider à quel moment employer des personnes dans votre structure. La réglementation vous couvre pour le restant de votre carrière.
  • Offres sociales: vous bénéficiez d’une indemnisation maladie et d’un régime de retraite améliorés. Cela vous permet de jouir de ces deux offres sociales en tant que chef d’entreprise.
  • Crédibilité: la crédibilité est un facteur essentiel pour intégrer valablement le monde des affaires. Il vous donne un certain poids. Les autres prennent conscience de l’évidence de votre existence. Les partenaires vous tendent la main pour des processus communs de mise en évidence de valeurs et de performances.

EIRL

L’approche entreprise individuelle à responsabilité limitée est un statut qui permet au consultant de gérer ses affaires en toute quiétude. Tous ses avoirs sont conservés et bien protégés. Il bénéficie d’un suivi social et ne souffre pas de limitation de chiffre d’affaires. Le consultant indépendant peut en profiter pour sécuriser ses gains.

Un seul inconvénient existe au niveau de cette approche. Il s’agit de la complexité des formalités de constitution combinée à la cherté des modalités. Ce seul élément suffit à décourager la plupart des consultants individuels qui veulent quand même avoir des gains sécurisés.

Auto-entrepreneur

Créer une entreprise individuelle revient à se déclarer comme un pratiquant qui fait ses affaires selon ses propres directives en tant qu’entrepreneur. Il ne doit rien à l’État ou à ses institutions à part sa contribution citoyenne. Cette approche est souvent déconseillée au consultant. Cela ne l’avantage pas en ce sens qu’il se crée d’autres dépenses inutiles. En termes d’avantages de cette approche, l’on parle de :

  • frais administratifs amoindris: pour la création d’une société, il faut remplir des formalités comme l’enregistrement et autre. Mais pour cette approche-ci, les formalités peuvent même se faire en ligne. Vous n’aurez pas à faire les dépenses de rigueur pour une société. Cela va vous permettre de profiter d’une couverture légale.
  • Frais connexes: normalement en tant que structure, vous devriez verser des frais à la société. Il s’agit des cotisations sociales. Vous en êtes escompté jusqu’à ce que vous gagniez plus de 33 200 euros. En plus, la TVA ne vous est pas soutirée. Dans le cas d’un consultant auto-entrepreneur, les cotisations sociales sont payées sous forme de forfait, au cas où il faudrait en payer. Cela permet d’anticiper et d’adapter son budget à chaque paiement.
  • Progression envisageable: cette approche peut servir de transition au consultant indépendant pour devenir une société. En fait, lorsque vous choisissez cette approche, la loi vous permet d’agir selon votre bon vouloir au point de pouvoir passer d’un statut à un autre plus évolué dès que l’envie vous dit.

Ce type d’approche limite le chiffre d’affaires du consultant. Il ne peut alors pas dépasser un certain degré de marché pour ne pas devoir répondre devant la loi d’une violation. À partir du moment où votre chiffre d’affaires passe la barre de 33 200 euros, tous les avantages liés à la TVA et aux cotisations sont perdus.

Le portage salarial

Le portage salarial est un processus par lequel l‘entrepreneur peut travailler ou offrir ses services à une société et s’attendre à recevoir le salaire par le biais d’une autre. Cela est une approche envisageable par le consultant indépendant. En réalité, il s’agit pour vous de travailler et d’être sûr d’avoir votre salaire.

Ici, vous sollicitez les services d’une structure. Lorsque vous travaillez avec quelqu’un, la personne envoie votre rémunération par cette structure. Cette dernière prélève sa commission et vous envoie votre paie. Vous demeurez toujours indépendant, autonome, mais tout votre argent transite par une autre société. C’est un moyen sûr de légaliser votre argent sans devoir payer les frais sociaux.

La franchise

Il est question d’intégrer un réseau de communicateurs, de consultants expérimentés, de formateurs, de coach et de tout autre groupe professionnel. La franchise se charge de faire la communication autour de vos produits. En retour, l’on perçoit des frais pour l’entrée dans le groupe. La franchise est un cercle de développement des différentes potentialités à travers la communication, l’aide au développement et la propagande. Le seul problème demeure le paiement des frais. Ces derniers ont souvent élevé.

Salaire d’un consultant indépendant

Les consultants n’ont souvent pas besoin de beaucoup d’espace pour l’exercice de leur métier. Ce sont des personnes dignes de servir dans leur domaine normalement. Mais elles décident de conseiller les autres. Un consultant moyen à ses débuts avec les bonnes marques et l’entrée dans le réseau est à au moins 3 000 euros par mois.

Au fil des années et des expériences, le salaire du consultant peut grandir. C’est un chemin qui offre plusieurs autres opportunités. On peut à n’importe quel moment se faire de l’argent. Il est des services pour lesquels l’on est payé à l’heure et d’autres pour lesquels il s’agit d’un contrat basé sur le rendement.

Astuces pour bien exercer en tant que consultant indépendant

Dès lors que votre activité prend son envol, il vous faut maintenant le maintenir en altitude. Pour commencer, vous devez veiller à avoir les clients au bon moment. Vous avez décidé de vous spécialiser dans un secteur donné. Avec le contact facile, il vous faut créer votre toile et y attirer tous vos potentiels clients. Ensuite, il faut miser beaucoup sur la présence sur Internet. Cela vous facilite la communication et vous insère dans le monde virtuel en tant que professionnel. Enfin, pensez à vous créer un cadre de vie et de développement bien défini. Tout autour de vous, il ne doit y avoir que des personnes qui évoluent.

Montre plus

Nathalie

Professeur d'une classe de CM2 mais également directrice de la même école, je tiens ce blog avec grand plaisir !

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close
Close